Commentaire aux déclarations de Valérie Pécresse sur BMFTV « Il faut arreter le statut des mineurs isolés »

Vidéo disponible sur le lien suivant: https://www.youtube.com/watch?v=6TbTYGqvbHQ&feature=share

Ce qu’il faudrait arrêter Mme Pécresse est de stigmatiser davantage une population qui est déjà dans une situation de vulnérabilité très accrue.

Votre déclaration contient plusieurs inexactitudes.

D’abord car le statut « mineurs isolé » qu’il faut arrêter selon vous, n’existe pas en France au niveau législatif. On fonctionne depuis des années avec une adaptation (très perfectible) du droit commun et, depuis 2013, avec une panoplie incomprehensible de normes réglementaires qui s’appliquent de façon très inégale et arbitraire tout au long du territoire.

Il est aussi inexacte que les mineurs soient envoyées par leurs familles, ou en tout cas ce n’est qu’une fraction minoritaire de ceux que l’on rencontre sur le terrain. La plupart de jeunes qui arrivent actuellement – beaucoup d’entre eux en provenance d’Afrique de l’Ouest – échappent à des situations de violence / délaissement au niveau domestique souvent  suite au décès d’un ou des deux parents. Ils prennent leur décision de migrer seuls. Ce sont nos données de terrain confirmées par une étude de l’UNICEF dont je vous facilite le lien: http://www.reachresourcecentre.info/system/files/resource-documents/reach_ita_grc_report_children_on_the_move_in_italy_and_greece_june_2017.pdf

En fin je vous rappelle qu’il y a des obligations internationales à respecter, notamment l’article 20 de la Convention International des Droits de l’Enfant qui oblige les états parties de cette Convention (dont la France) à proteger ces mineurs. Et il serait temps de commencer à le faire convenablement car, et sur ce point je vous rejoins, il faut arrêter de gaspiller les fonds publics dans des contrôles de la minorité qui durent des mois pendant lesquels on abandonne ces jeunes dans une chambre d’hôtel qui coute chère. La situation actuelle et les pratiques de bon nombre des départements sont en claire violation des principes du droit international (c’est une institution de la République- le Défenseur des Droits- qui le dit). On condamne une population qui doit être juridiquement protégée à des situations d’exclusion et d’abandon intolerables.

C’est avec toutes ces pratiques et surtout avec un discours si intentionnel et partiel comme le votre qu’il faudrait arrêter. Je reste à votre disposition pour en discuter.

Daniel Senovilla Hernández